lundi 12 décembre 2005

VERTICAL - (de Roberto Juarroz)


VERTICAL

Commencer alors sa conversion
jusqu'à le mettre fermement debout
comme un arbre ou un amour en éveil
et changer l'horizon en verticale
en une fine tour
qui nous sauve au moins le regard,
vers le haut, ou vers le bas .

La hauteur de la rose n'est pas la hauteur de la pierre,
mais parfois la rose la surpasse en son extase.
La hauteur de l'homme n'est pas la hauteur de la pluie,
mais son regard va plus loin que les nuages.

Etre.
Et rien de plus.
Jusqu'à ce que se forme un puits au-dessous.

Ne pas être.
Et rien de plus.
Jusqu'à ce que se forme un puits au-dessus.

Ensuite,
entre ces deux puits,
le vent s'arrêtera un instant .

Un geste vers le bas
ne trouve pas toujours
un geste vers le haut.

Mais lorsqu'il le trouve
ils vont tous deux vers le haut
ou tous deux vers le bas.

Ou peut-être les directions disparaissent
et inaugurent dans le point de rencontre
la transfiguration qui les dispense
d'un mouvement quelconque.

Tout geste est une épiphanie
lorsqu'il n'y a plus de différences
entre le haut et le bas.
Et parfois la lumière l'emporte sur l'ombre,
bien que l'ombre ait toujours le dernier mot.


Les hiérarchies sont une distraction de l'infini
ou peut-être un accident.
Les hauteurs se supplantent comme tours qui dansent
mais tout tombe de la même hauteur.

8 commentaires:

  1. Reste au bord. toujours au bord.
    Entre deux puits, deux abimes, le vent finira par s'arreter.
    xoox

    omgxygtm

    RépondreSupprimer
  2. Le vent demeure mon allié dans cette histoire. Sa menace me tient éveillé. La douleur externe du froid atténue l'immense douleur qui est en train de flamber mes entrailles.

    xoxo
       o
       xoxo
       o
       x      xoxo s

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ces vagabondages plein de surprises,et de poèsie au fil de ton blogroll... sur la musique insoumise des hommes du vent.. j'emmène avec moi tous ces petits trous de ciel dans ma tête...

    RépondreSupprimer
  4. @ELLE

    Bonnes vacances ma belle, bonne écoute (c'était le mangeur de lune de BRATCSH, j'avais oublié de le signaler), bonnes balades.

    Rapporte tes émerveillements pour nous émerveiller comme tu as toujours su le faire.

    Tu as une place particulière en ces (non-)lieux, tu le sais.

    RépondreSupprimer